La Compagnie Zarastro Studios présente

    On ne badine pas avec l'amour

    D'après l'oeuvre d'Alfred Musset
    Achetez vos places !

    Point Accueil Culture billetterie
    33 (0) 468 115 915 - pacbilletterie@mairie-carcassonne.fr

    Mardi 21 mars 2017 - 20:30

    Mise en scène : Pieryk Vanneuville
    Dramaturgie : Robert Angebaud
    Assistanat : Noëmi Alfos Laporta, Eva Guionnet
    Lumières : Florian Pagès
    Musique : Samuel Giezek
    Décors : Alain Tovo
    Scénographie, costumes : Pieryk Vanneuville
    Réalisation costumes : Pascale Faure
    Avec
    Robert Angebaud : Le baron
    Charly Dô : Maître Bridaine
    Agnès François : Dame Pluche
    Samuel Giezek : Le choeur
    Soliane Moisset : Camille
    Pierre Hugo Moulines : Maître Blazius
    Pieryk Vanneuville : Perdican
    Laura Velia : Rosette

    Durée : 2h

    Tarifs Orchestre
    1er Balcon
    2ème Balcon 3ème Balcon
    Général 30€ 20€ 10€
    Réduit 25€ 15€  
    Jeunes 10€

    Frais de location inclus

    Offrez des places de spectacles à prix réduit pour les fêtes de fin d'année !

    -30% sur le tarif de 1ère série (orchestre et balcon).

    Cette offre est valable pour  la période allant du 3 décembre au 24 décembre 2016 et dans la limite des places réservées à cet effet.

    « On ne badine pas avec l’amour » est la pièce d’Alfred de Musset la plus originale, la plus complète par son mélange de profondeur et de fantaisie. Dans ce théâtre - et il s’agit bien de théâtre que Musset nous donne à explorer, les propos sont de notre temps, du temps présent.
    Ces jeunes gens, intensément modernes, se livrent à une bataille d’amour dans une incompréhension totale du monde qui les entoure. C’est farouche, violent, incandescent.
    Dans cette écriture poétique, l’auteur nous dévoile les adolescents les plus complexes et les plus simples que la littérature française nous ait offerts. Camille et Perdican, frère et soeur des héros de Shakespeare, jouent avec l’amour, avec la mort, avec les êtres comme le chat avec la souris. Autour d’eux, les autres personnages dansent une sombre sarabande, bousculés tels des jouets, des pantins, flirtant sans cesse avec le gouffre de l’eau. Au labyrinthe de la passion personne ne sort indemne.