Les lieux remarquables de la Cité Médiévale

    PAGES
    Modifié 19 Nov. 2015
    Le nom de « Manufacture Royale » était apposé avec les armes du roi de France sur la principale porte d’entrée, tandis que le portier était habillé de la livrée royale. Des avantages matériels accompagnaient ces privilèges honorifiques. Chaque Manufacture Royale recevait trois mille livres par an en guise de subvention pour le loyer et une gratification pour la quantité de draps exportée au Levant. En contrepartie, les Manufactures Royales devaient maintenir le nombre de leurs métiers en activité et assurer une production minimum.
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    En bas de l’escarpement de la Cité, une muraille défendait le faubourg sur les bords de l’Aude. Cette muraille date du XIIIe siècle. Elle empêchait l’ennemi de se maintenir entre l’Aude et la Cité car elle était située à portée de jet des tours. La Porte de l’Aude (autrefois porte de Toulouse) : cette porte est percée dans la muraille des Visigoths, au XIIe siècle. L’arc plein cintre, à l’extérieur semble être de cette époque par son appareil et la nature des matériaux employés.
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    L’empereur Charlemagne fait le siège de Carcassonne sur laquelle règne le roi sarrasin Ballak. A la mort de celui-ci, son épouse Dame Carcas, lui succède à la tête de la Cité. Le siège de la Cité durait depuis déjà 5 ans lorsque la famine eut raison des derniers défenseurs. Dame Carcas veilla sur la Cité et fit croire à une garde toujours nombreuse : elle disposa des mannequins de paille habillés en soldats et décocha des tirs d’arbalète, visant l’armée assiégeante.
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    La Porte Narbonnaise est l’ensemble le plus important de cette période : les deux énormes tours ont une forme en éperon. Une chaîne en gênait l’entrée. Assommoirs et herses se succédaient en un double dispositif de fermeture. Après le faux pont-levis de la fin du XIXème siècle qui enjambe des douves sèches, la porte dite « Porte Narbonnaise » est défendue par la Barbacane Saint-Louis.
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    Cet espace entre les 2 enceintes (qui épousait la pente de la colline) fut aplani au Xllle siècle au moment où on élevait la 2e muraille (accessible par les lices). En parcourant cette zone, il est possible de revivre en pensée vingt siècles d'histoire et de juger les différents caractères de l'architecture militaire.  
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    La première église aurait été bâtie au XVIe siècle, sous le règne de Théodore, régent du Royaume des Wisigoths. Le premier acte authentique mentionnant cette église date de 925. En 1096 le pape Urbain II vient à Carcassonne et bénit les pierres de la Cathédrale Saint-Nazaire et Saint Celse. L’édifice est achevé dans la première moitié du XII siècle. Remanié plusieurs fois, l’édifice perd son statut de cathédrale en 1801 au profit de l’église Saint-Michel situé dans la Bastide. Elle reçoit en 1898 le titre de Basilique octroyé par le pape Léon XIII.
    PAGES
    Modifié 17 Nov. 2015
    Le Château Comtal de Carcassonne est bâti en grande partie au XIIIe siècle, sans doute après le traité de Paris de 1229. Courtines et tours sont venus encadrer littéralement l’ancien palais des Vicomtes de Carcassonne ainsi que la chapelle Sainte-Marie. Le Palais des Trencavel qui donnait que la place de l’Orme, devient alors une fortification royale au cœur de la Cité.