Le Centre de Supervision Urbain de Carcassonne réaménagé et modernisé !

Lors de la conférence de presse sur la sécurité du 9 novembre dernier, le Maire de Carcassonne a présenté les moyens matériels et humains supplémentaires mis en place par la Municipalité pour assurer la tranquilité des Carcassonnais (33 policiers municipaux, 7 agents de médiation, 1 brigade de nuit, création d’un poste de police à la Cité, mise en place d’une caméra mobile, formation des agents PM, renforcement de la coordination avec les services de l’Etat...). Parmi toutes ces mesures, l’augmentation du nombre de caméras de video-surveillance, avec 10 caméras supplémentaires en 2015, et un objectif de 50 caméras à moyen terme, nécessitait l’aménagement et la modernisation du Centre de Supervision Urbain.

Renouvellement complet et modernisation des équipements :
  • 9 écrans de nouvelle génération pour supporter 50 caméras, avec une amélioration du confort visuel pour les agents et la garantie d’un fonctionnement 24h/24 et 7j/7.
  • 7 ordinateurs PC aptes à supporter ce mur d’images et à assurer la supervision.
  • 2 unités de stockage de grande capacité pour sécuriser l’ensemble des informations sur une période donnée .

Réaménagement des locaux actuels :
Création d’un local et d’un plancher technique permettant la modification des équipements existants pour l’installation du nouveau mur d’images et des nouveaux équipements dernière génération cités ci-dessus.

Fonctionnement du Centre de Supervision Urbain
Ce sont trois opérateurs de vidéo-protection, un chef de centre et son adjoint qui se relaient, tous les jours devant les écrans qui permettent de visionner les images des caméras de la ville. Depuis cet été 2015, les plages horaires des agents du CSU ont été étendues jusqu’à 2h du matin en semaine et 3h du matin le week-end.
Ces personnels sont habilités par la préfecture pour exercer ces missions, et ont été formés par la Centre national de la fonction publique territoriale. Ils sont les seuls habilités à utiliser ce système. Des mesures très strictes sont mises en place afin de garantir la protection de la vie privée de nos administrés (le CSU est sécurisé, son accès est notamment commandé par lecture d’empreinte palmaire).

Le rôle du CSU et de ses 30 caméras de video-protection
La vidéo-protection est un outil complémentaire au dispositif global et complexe mis en place par la Ville pour lutter contre les troubles à la tranquilité. Les caméras sont des aides pour les forces de l’ordre pour prévenir les services compétents lorsque des faits susceptibles de déclencher des interventions (Police Municipale, Police Nationale, pompiers ou autres intervenants) sont constatés.
Elles sont également sollicitées par les officiers de Police Judiciaire, de la Police Nationale ou de la Gendarmerie dans le cadre d’enquêtes, dont les images sont autant de preuves irréfutables permettant de corroborer ou d’infirmer les déclarations d’une mise en cause.

Le but de ces équipements est la lutte contre les phénomènes de délinquance qui peuvent survenir sur la voie publique. Contrairement à d’autres communes qui n’utilisent les images qu’à posteriori de la commission d’une infraction afin d’en identifier l’auteur, la Ville de Carcassonne a toujours travaillé prioritairement dans une démarche de vidéo-protection, en mettant en place des opérateurs en journée et en soirée derrière ces caméras afin que les problèmes de délinquances puissent être anticipés au maximum.

 Une relation très étroite entre la Police Municipale et le Centre de Supervision permet une très grande réactivité. Cela permet de positionner les effectifs sur les lieux lorsque les premiers signes d’un quelconque désordre apparaissent. (regroupement suspect, personnes alcoolisées ou agressives, etc…) Cet outil permet la réalisation de flagrant délit, les opérateurs de vidéo-protection peuvent suivre l’évolution du délinquant jusqu’à son interpellation.

Avec l'augmentation du nombre de caméras, on note une réelle diminution des incidents sur Carcassonne depuis 1 an, notamment en matière de rixes et de trafics. Majoritairement les infractions constatées sont des contraventions aux arrêtés de police du Maire (consommation d’alcool, diverses atteintes à la tranquillité publique, infractions à la législation sur les stupéfiants, des vols, des violences volontaires pour ce qui concernes les délits).
Informations complémentaires: