Ma Ville

Hôtel de ville
32 rue Aimé Ramond
11835 Carcassonne cédex 9
Tél : 0 468 777 111
Fax : 0 468 777 010
Ouverture du lundi au jeudi de 8h à 12h30 et de 13h30 à 18h et le vendredi de 8h à 12h30 (hors jours fériés ou chômés)

Accueil Culture / Animations

Culture / Animations

Le musée des Beaux-Arts : les expositions

"Les musées sont les endroits les plus vivants du monde. On dirait une concentration d'humanité."
Fernand Ouellette


Afficher l'adresse et le repère sur le plan
Ville de Carcassonne / Musée - 1, rue de Verdun - 11000 Carcassonne - Tél : 04 68 77 73 70 - Envoyer un courrier électronique - musee@mairie-carcassonne.fr

Cérès Franco Acte 1 - Les imagiers de l'imaginaire - 27 septembre 2013 au 28 septembre 2014

BILWEIS Jean-Louis, <br />Portrait de Cérès Franco, 1980
BILWEIS Jean-Louis,
Portrait de Cérès Franco, 1980

La Collection Cérès Franco sera accueillie en permanence à partir du 28 septembre 2013 au Musée des beaux-arts de Carcassonne. L'accueil de cette collection se fera en plusieurs étapes, l'exposition Acte l, Les imagiers de l'imaginaire marque le démarrage de cette donation.

Historienne de l'art, commissaire d'expositions, galeriste, femme érudite, dotée d'une forte personnalité, Cérès Franco a consacré près de 25 ans dans sa galerie L 'œil de Bœuf-Paris, à découvrir et à promouvoir des artistes dont les œuvres allaient à l'encontre des tendances de son époque : Pouget, Rustin Nitkowski, Michel Macréau, Grinberg, Chaïbia, Corneille, Hadad, Kabakov, Komet, Lucebert, Paella Chimicos, Christine Sefolosha et tant d'autres... Parallèlement, Cérès Franco a réuni une collection audacieuse d'environ 1500 œuvres. Cette collection a été présentée pendant plus de vingt ans dans le village de Lagrasse (Aude). Aujourd'hui la Ville de Carcassonne souhaite accueillir cette collection et lui offrir un lieu permanent.

CHAIBIA, Le cycliste, 1975<br />© Hervé Samzun
CHAIBIA, Le cycliste, 1975
© Hervé Samzun

Cette première étape de monstration a été confiée à sa fille Dominique Polad-Hardouin, historienne d'art et galeriste parisienne, qui sera la commissaire de l'exposition Les imagiers de l'imaginaire. Elle a pris le parti de dévoiler le côté le plus coloré et joyeux de la collection de Cérès Franco, un clin d'œil à ses origines brésiliennes.

Nous pourrons découvrir un ensemble majeur d'artistes naïfs brésiliens : Francisco Domingos Da Silva, Maria Grauben Do Monte Lima, Eli Malvina Heil, Paulo Pedro Leal, Waldomiro De Deus et Tania Pedrosa, entre autres. Leurs œuvres aux couleurs vives et lumineuses expriment l'émerveillement de la nature qui les entoure, ou l'inquiétude de sa disparition. Réalité, mythes et légendes sont contés en images merveilleuses, fortes de témoignages anthropologiques. Ils nous emportent dans leurs voyages imaginaires, nous font témoins de leur quotidien, de la richesse des fêtes et des coutumes brésiliennes, de la beauté de leur pays.

4 DA SILVA Francisco, Sans titre, 1966<br />© Hervé Samzun
4 DA SILVA Francisco, Sans titre, 1966
© Hervé Samzun

Les nombreux voyages au Brésil, au Mexique, en Espagne, au Maroc, au fil des années, ont permis à Cérès Franco d'enrichir sa collection de nombreuses pièces d'art populaire : des ex-voto en bois des différentes régions du Nord-Est du Brésil, des pierres-savon du Soudan, des masques polychromes du Mexique...

L'exposition permettra de découvrir également des toiles, des œuvres sur papier et des sculptures de neuf artistes autodidactes emblématiques de la collection, à l'instar des Français Philippe Aïni, Daniel-Simon Faure et Fernand Teyssier, ou l'artiste marocaine Chaïbia, l'Espagnol Pepe Donate, le Tunisien Jaber, le Cubain Mendive, le Chilien Mario Murua et l'artiste suisse Christine Sefolosha, dont le travail spontané et impulsif reconstitue leur univers profond et fragile. Ces créateurs donnent corps à leur imagination, à leurs rêves, ils expriment des messages visionnaires. La dernière section de l'exposition réunit des photos d'ambiance de la collection et quelques portraits de Cérès Franco réalisés par ses amis artistes : Roland Cabot, Danubio, Joanna Flatau, Mao, Roman Cieslewicz, Jean-Louis Bilweis, Jaber, G. G. Netto... des portraits qui attestent des liens d'amitié forts et des échanges complices et fructueux de ces passionnés de l'art.

HEIL Eli Malvina, Cabeza de Mono, 1974<br />© Patrice Bouvier
HEIL Eli Malvina, Cabeza de Mono, 1974
© Patrice Bouvier

Un film documentaire, Cérès Franco, itinéraire d'une femme rebelle, réalisé par Clémence Hardouin, la petite-fille de Cérès Franco, retrace avec un regard intime et touchant la vie de sa grand-mère, la vie d'une femme qui a marqué les milieux artistiques par sa résistance à l'art officiel, en défendant des artistes à contre-courant des modèles établis et qui a su réunir une collection foisonnante et unique.

Un catalogue avec une préface de Lydia Harambourg sera édité à l'occasion de cet accrochage. La donation que Cérès Franco fait de sa collection au Musée des beaux-arts de Carcassonne est un véritable don pour nous tous : l'exposition Les imagiers de l'imaginaire, puis les monstrations suivantes telle De fureur et de cendres, nous offriront ainsi l'occasion exceptionnelle de découvrir des œuvres qui n'ont jamais été dévoilées au public, de voir l'une des plus importantes collections au monde de cet art atypique, un véritable réservoir d'imagiers, d'émotions, de passions. Un art libre et anti-académique à revisiter, à faire enfin entrer dans l' Histoire de l'Art.

Pour en savoir plus : www.polad-hardouin.com/news

MARIE PETIET - Etre femme peintre au 19e siècle - 4 juillet au 27 septembre 2014

Marie Petiet, Autoportrait au chevalet, 1872,   <br />musée Petiet de Limoux
Marie Petiet, Autoportrait au chevalet, 1872,
musée Petiet de Limoux
Marie Petiet naît au château de La Bezole, près de Limoux, en 1854. Elevée dans le goût des arts, elle commence à s'exercer dans la copie des grands peintres puis se spécialise rapidement dans le portrait ; sa première œuvre originale connue est son Autoportrait au chevalet (1872).
A Paris, elle se forme auprès de Jean-Jacques Henner (1829 – 1905). L'ensemble de l'œuvre de Marie Petiet ne laisse pas indifférent car l'authenticité et la fraîcheur de son regard la gardent d'un mode conventionnel ou académique et révèlent une véritable sensibilité d'artiste.
Marie Petiet, Trois grisettes, 1872, <br />musée Petiet de Limoux
Marie Petiet, Trois grisettes, 1872,
musée Petiet de Limoux

Durant quelques années, elle expose régulièrement aux Salons de Paris, mais la peinture reste pour elle un loisir qu'elle pratique à La Bezole choisissant ses modèles parmi son proche entourage.
Le musée de Limoux, créé grâce à son père et à elle-même, a ensuite été enrichi et dirigé par son époux Etienne Dujardin-Beaumetz (1852 – 1913), peintre, homme politique audois et un temps sous-secrétaire d'Etat aux beaux-arts.
Elle s'éteint en 1893 à La Bezole.

Tenues de soirée : Février – mai 2015

1878 Robe de bal en soie beige et corsage cuirasse.
1878 Robe de bal en soie beige et corsage cuirasse.

La mode, ce domaine si versatile et éphémère, a atteint le rang d'art depuis de nombreuses années. Lorsque l'on regarde et étudie un tableau, on ne manque pas de considérer : le souci du détail et le chatoiement des étoffes. Par ailleurs, le vêtement est souvent un allié précieux pour l'étude d'une oeuvre : datation et société. C'est donc ce monde de la soie et du ruban qui nous est présenté dans son acceptation la plus élégante : la robe de soirée. Une vingtaine de robes de 1825 à 1912 seront réunies évoquant un temps définitivement révolu, guidé par des convenances oubliées -robe de diner, de concert et de bal-. Ces vêtements seront présentés en résonance avec les collections de peintures du musée et nous dévoileront ainsi un univers de fragilité, de tour de main, de délicatesse dont il faut saluer les humbles réalisatrices. Ces falbalas, corsets et autres ruchers nous rappellent que jamais une jeune fille de vingt ans n'a porté la même chose qu'une femme de cinquante ans, tout comme une bourgeoise de province et une grande aristocrate parisienne. A la fin du 19e siècle, les almanachs ou autre "Journal des demoiselles" abondent et ne manquent pas de préciser tout ce que nos "bonnes et chères amies" doivent porter pour éviter le ridicule en société. Mais pour l'heure, laissons-nous aller à admirer un art de la séduction particulièrement maîtrisé.

Raoul Dufy (Le Havre, 1877 - Forcalquier, 1953) : Une collection particulière Juin – septembre 2015

Raoul Dufy. Etude pour les 3 fleuves 1937/1938.
Raoul Dufy. Etude pour les 3 fleuves 1937/1938.

Dufy a souvent été traité d'enchanteur car sa peinture semble exhaler une séduction et un charme qui ravissent. L'harmonie des couleurs et des formes, qui répondent à des compositions équilibrées et discrètes, donne l'impression d'une peinture faite de chic avec aisance et facilité. Sans doute, comme toujours, faut-il prendre garde à la douceur des choses car il y a chez Dufy un impressionnant appétit de création. Toucheà- tout de génie, il crée dans tous les domaines où son trait et son talent de coloriste le guident : le dessin, la peinture, la gravure, l'illustration de livres, la création de tissus, de tapisserie et de mobilier, la céramique, la décoration d'intérieur. Petits comme grands formats, il n'est qu'à penser à l'immense "Fée électricité" du musée d'art moderne de la Ville de Paris, sont abordés avec le même souci d'élégance et de joie. C'est une superbe collection privée qui offre cet été 2015, la découverte de cette abondante création par un ensemble de dessins, aquarelles, huiles sur toile mais aussi études de tissus et tissus. Tout cela reflétant bien sûr, la diversité et l'abondance du génie d'un artiste inclassable.

 

Agenda thématique

Olivier Debré, signes-personnages, signes-paysages
Olivier Debré, signes-personnages, signes-paysages

Vendredi 28 Juin au Samedi 28 Septembre 2013 Musée des Beaux-Arts, 1 rue de Verdun

Conférences du musée : Les peintres français et l'Espagne de Delacroix à Manet

Mercredi 18 Septembre 2013 à 15h - Auditorium, rue des études

Conférences du musée : Le peintre et la lumière

Lundi 14 Octobre 2013 à 15h - Auditorium, rue des études

Conférences du musée : Albert Marquet, les Itinéraires maritimes

Mercredi 20 Novembre 2013 à 15h - Auditorium, rue des études

Conférences du musée : Architecture et mobilier

Lundi 9 Décembre 2013 à 15h - Auditorium, rue des études

A la Une

Théâtre Jean-Alary

Théâtre Jean-Alary

Programme 2014 / 2015

Agenda (semaine)

31ème édition des "Journées européennes du Patrimoine"

Samedi 20 Septembre au Dimanche 21 Septembre 2014 Dans toute la ville

Aller au menu

Site officiel de la ville de Carcassonne - www.carcassonne.org

Contact : Ville de Carcassonne > Musée - Tél : 04 68 77 73 70 - Suggestion - Signaler une erreur - Mentions légales - Connexion