Ma Ville

Hôtel de ville
32 rue Aimé Ramond
11835 Carcassonne cédex 9
Tél : 0 468 777 111
Fax : 0 468 777 010
Ouverture du lundi au jeudi de 8h à 12h30 et de 13h30 à 18h et le vendredi de 8h à 12h30 (hors jours fériés ou chômés)

Accueil Culture / Animations

Culture / Animations

Le musée des Beaux-Arts : les expositions

"Les musées sont les endroits les plus vivants du monde. On dirait une concentration d'humanité."
Fernand Ouellette


Afficher l'adresse et le repère sur le plan
Ville de Carcassonne / Musée - 1, rue de Verdun - 11000 Carcassonne - Tél : 04 68 77 73 70 - Envoyer un courrier électronique - musee@mairie-carcassonne.fr

Tenues de soirée : Février – mai 2015

1878 Robe de bal en soie beige et corsage cuirasse.
1878 Robe de bal en soie beige et corsage cuirasse.

La mode, ce domaine si versatile et éphémère, a atteint le rang d'art depuis de nombreuses années. Lorsque l'on regarde et étudie un tableau, on ne manque pas de considérer : le souci du détail et le chatoiement des étoffes. Par ailleurs, le vêtement est souvent un allié précieux pour l'étude d'une oeuvre : datation et société. C'est donc ce monde de la soie et du ruban qui nous est présenté dans son acceptation la plus élégante : la robe de soirée.

Une vingtaine de robes de 1825 à 1912 seront réunies évoquant un temps définitivement révolu, guidé par des convenances oubliées -robe de diner, de concert et de bal-. Ces vêtements seront présentés en résonance avec les collections de peintures du musée et nous dévoileront ainsi un univers de fragilité, de tour de main, de délicatesse dont il faut saluer les humbles réalisatrices. Ces falbalas, corsets et autres ruchers nous rappellent que jamais une jeune fille de vingt ans n'a porté la même chose qu'une femme de cinquante ans, tout comme une bourgeoise de province et une grande aristocrate parisienne.

Dès 1850, les almanachs ou autre « Magasin des demoiselles» qui existaient dès la fln du 18e siècle, abondent et ne manquent pas de préciser tout ce que nos « bonnes et chères amies» doivent porter pour éviter le ridicule en société. Ils sont souvent destinés à la petite et moyenne bourgeoisie et propagent patrons et conseils vers de nouvelles couches de la société provinciale.

L'apparition de la machine à coudre, dans le dernier tiers du 1ge siècle, encourage encore ce mouvement en permettant aux femmes des réalisations personnelles. En parallèle, comme une défense vis-à-vis de ce mouvement qui voit les populations mieux habillées et utilisant de nouvelles étoffes aux couleurs variées grâce aux applications des découvertes en chimie, la haute couture naît. Ce n'est plus Rose Bertin et ses propositions pour la reine, mais des collections structurées lancées par Worth pour chaque saison, présentées par des mannequins devant des clientes. Les modèles sont déposés, étudiés et copiés par les couturières en province.

A partir de 1820, la taille haute est progressivement abandonnée et une typologie de la silhouette va progressivement se mettre en place et rester à peu près la même jusqu'au début du 20ème siècle: buste menu, taille à sa place, ample jupe plus ou moins arrondie mais utilisant beaucoup de tissu. Soieries et dentelles sont là pour dire la richesse de celles qui les portent. Toute une lingerie adaptée permet au corps de répondre à ces nouvelles attentes: corsets, crinolines, tournures, etc...

Pour les étoffes, on aime les taffetas, les mousselines, les gazes, les cachemires, mais aussi les rubans, les nœuds, les pompons et les bouquets de fleurs que l'on répand sur les corsages et les jupes.

Vers 1900, seul le corset alors à buse est conservé pour modeler le corps, devenu longiligne. Le corsage reste étroit et la jupe se resserre. Les robes du soir, rebrodées de perles, de paillettes et de dentelles précieuses, sont alors décolletées, mais les bras sont couverts de longs gants de peau blancs ou crème. La haute couture prend son essor, il n'est qu'à citer: Paquin, Doucet, Lanvin ou les sœurs Callot; le fameux Paul Poiret se tourne vers des formes plus souples en se rappelant du Premier Empire. Un élément est alors indispensable à la vie mondaine: l'éventail en toute matière, plumes, nacre ou écaille.
L'exposition s'arrête avant 1914 et évoque un monde qui va disparaître. Par leurs vêtements les femmes continueront à témoigner de leur situation et de leur rang, mais avec une liberté que ne leur permettaient pas leurs atours d'antan.
Mais pour l'heure, laissons-nous aller à admirer un art de la séduction particulièrement maîtrisé.

Raoul Dufy (Le Havre, 1877 - Forcalquier, 1953) : Une collection particulière Juin – septembre 2015

Raoul Dufy. Etude pour les 3 fleuves 1937/1938.
Raoul Dufy. Etude pour les 3 fleuves 1937/1938.

Dufy a souvent été traité d'enchanteur car sa peinture semble exhaler une séduction et un charme qui ravissent. L'harmonie des couleurs et des formes, qui répondent à des compositions équilibrées et discrètes, donne l'impression d'une peinture faite de chic avec aisance et facilité.
Sans doute, comme toujours, faut-il prendre garde à la douceur des choses car il y a chez Dufy un impressionnant appétit de création. Toucheà- tout de génie, il crée dans tous les domaines où son trait et son talent de coloriste le guident : le dessin, la peinture, la gravure, l'illustration de livres, la création de tissus, de tapisserie et de mobilier, la céramique, la décoration d'intérieur.
Petits comme grands formats, il n'est qu'à penser à l'immense "Fée électricité" du musée d'art moderne de la Ville de Paris, sont abordés avec le même souci d'élégance et de joie. C'est une superbe collection privée qui offre cet été 2015, la découverte de cette abondante création par un ensemble de dessins, aquarelles, huiles sur toile mais aussi études de tissus et tissus. Tout cela reflétant bien sûr, la diversité et l'abondance du génie d'un artiste inclassable.

Aller au menu

Site officiel de la ville de Carcassonne - www.carcassonne.org

Contact : Ville de Carcassonne > Musée - Tél : 04 68 77 73 70 - Suggestion - Signaler une erreur - Mentions légales - Connexion